Ce membre a des photos invalides ?

   
contacter    noter    photos    dédicass    autres    mettre à jour
07 janvier 2016
(dernière connexion)   17:33:39

bandy
Le gros bandy De l'escalier...
homme, hétérosexuel.

Non connecté
Idle: 1228j 12h 18min 37s
38 ans
Photo précédente / suivante  
LocalisationPar.s (France, dép. 75)

LYCéE LAKANAL   Sceaux (1991-1996)
LYCéE GUSTAVE EIFFEL   Massy (1996-1998)
LYCéE MAXIMILIEN PERRET   Alforville (1998-2001)
Divers
Né le : 15 mars 1981
Inscrit le : 27 avril 2006 15:43:06
Ultramembre : non
Moyenne : 9,21/10 (174 votes)
aime
le gros bandy
le gros bandy sur les marches
le gros bandy dans les r.deaux
les cal.n du gros bandy
le gros bandy qu. fa.t la bagarre
déteste
le gros bandy qu. sort de sa l.t.ère
le gros bandy qu. perd ses po.ls
le gros bandy qu. gratte à la fenètre
l'hale.ne du gros bandy après les croquettes
les can.ches qu. posent devant la porte de la ma.son du gros bandy
truc des "i"
Syn.que, pas sport.f, .llogque, fa.n.ent, sans compat.on,raleur, boudeur, rencun.er.... au mo.ns c'est d.t...
S.gne part.cul.er : déteste mettre les "i "sous les "."
Queston langu.st.que...
Langue préférée: la langue de chat
Langue d.gérée: la langue de beauf
Langue prat.quée: la langue de bo.t
Langue de plage: la langue "oust.ne"
P.t.er...
Humour de "sans am. ..."
sa musique

(cliquez ici si ça ne marche pas)
parce que c'est beau...

http://img80.imageshack.us/img80/4645/dsc00050ca9.jpg

 

Alors que le soleil étouffe a l'horizon

Les terres brunies par la morte saison

Que les feuilles tombées ternissent les trottoirs

De mes yeux délavé je contemple ce soir

Les lumières stériles qui éclairent en halo

La détresse de nos ville et nos triste fardeaux

Dans le froid et l'ennuis nos sourires s'amoindrissent

De détresse et de peur nos espoirs s'évanouissent

Et ne reste de nous que des âmes tourmentées

Qui recherchent en vain la douceur de l’été.

---------------------------------------------------------------

Il y a ce que l'on cherche et ce qu'on crois trouver

Puis toi...

Il y a ce que l'on trouve sans avoir à chercher

Et ce fut toi...

Il y a ce que l'on crois, et ce qui doit changer

Pour toi...

Il y a des vérités qui balayent nos idées

Révolutionne moi...

Il y a les certitudes, les doutes et les pensées

Et au centre c'est toi...

Il y a certains soirs ou les larmes ont coulé

Sans toi...

Il y a d'autres nuits aux goût d'éternité

Grâce à toi...

Il y a des mots d'amours, des roses et des baisés

Juste pour toi...

Et moi.

----------------------------------------------------------------------

 

A toi qui ne fait rien et qui passe ton temps,

Vautré sur le fauteuil ou roulé sur la couette.

Et qui sait savamment bien pourrir ma moquette

Avec tes p… de griffes et tes maudites dents

 

Seul chat qui sais chasser aussi bien qu'une enclume

Toi le roi des félins de la chambre au salon

Tu règnes désormais sur toute ma maison

Perdant sous mon canap' tes souris et tes plumes.

 

A toi qui sais venir quémander des caresses

Sur la tête et les pattes distillé la tendresse

Pour te faire câliner c'est sans invitation

 

Sache qu'au jour ou la vie viendra nous séparé

Je réserve en mon coeur une place où ronronner

Pour toi mon protégé, mon ange, mon chaton.

------------------------------------------------------------

 

 

Parce qu'un jour, persuadé,

Que tout était possible,

Ambitieux, entêté,

Décidé, impassible…

J’ai marché droit devant

Sans un soupçon de doute,

Dans la pluie, sous le vent,

J’ai poursuivi ma route.

Et ne sachant pourtant

Ou elle me mènerait

J’y suis resté, confiant

Pour y trouver la paix.

J’ai découvert l’amour

Et ces moments de gloire

Tutoyer les toujours

Dans les douceurs du soir.

J’ai rencontré la mort

Et puis la solitude

Les nuits, où l’on s’endors

Rempli d’incertitude.

J’ai eu le cœur noyer

Dans des torrents de larmes,

Des paroles données

Qui bercent encore mon âme.

Des instants de bonheurs

Entouré des amis

Et de pénibles heures

Entre silence et cri.

Mais à chaque fois plus fort

Et la vie à pleine dent

Je savoure sans remords

Chacun de mes printemps

Car je sais qu’un matin

Ce voyage accompli

Je poserai le mot fin

Au livre de ma vie.

 

----------------------------------------------------------

 

 

                            L’autriste.

Quand j'ai cherché la joie je n'ai eu que la haine,

Dans tout ces regards froids j'ai n'ai vu que la peine,

Que des rêves brisés et tellement de souffrances,

Qui ont blessé ma âme et détruit mon enfance...

Puis le temps a passé, les enfants ont grandi,

Les garnements d'hier sont devenu bandit…

Moi la peur aux viscères je n'ai pas sus changer,

Je rase encore les murs et reste tête baissée.

Je traverse la vie m'espérant invisible,

Ne pas être approché pour ne plus être cible…

Et je tremble parfois et quand cette peur panique,

Me submerge et m'emporte, tout les moments tragiques,

Me sautent au visage et l'adulte que je suis,

Redevient un enfant dans la peur et les cris…

Et je meurt chaque jour de rester impuissant,

De devenir une statut au contact du sang…

 

 

Dernière modification : 23/09/2007 17:37:22


Actions
Voter pour bandy
Contacter bandy
Voir ses 3 photo(s)
Voir ses 0 dédicass
Voir ses fichiers
Ajouter dans vos amis
Rapport d'abus